Windfoil - Test Loft Skyblade 2020

Swipe to the left
Windfoil - Test Loft Skyblade 2020
24 juillet 2019 131 Views

Conditions du test

Sport de Serre Ponçon / Les eaux douces à Crots

Vent : entre 5 et 15 knt

Voile gréée sur un SDM 100% GA Sails ENIR (constant flex), et un wish AL360 E-Race Team Edition 190

Flotteur : Starboard Foil 150 2020 (évolution de la foil 144)

Foil : Starboard Race + (cale -2°) et Starboard GTRS + (cale -1°)

Positionnement de gamme

Je précise que la taille testée est la 8m2. Ce n’est pas une remarque anodine car la Skyblade étant le modèle course foil de Loft, il eut été opportun de la tester en 9m2 pour la comparer à ses petites copines que sont les hyperglide 2 et RS Flight Evo. En effet, dans une optique racing, la 9m2 est un peu la voile pivot … la plus utilisée. La 8m correspond à la surface de vent fort pour les coureurs (qui utilisent 8,9 et 10m2)

En testant une 8m2 dans des vents légers, je me place donc dans l’optique d’un pratiquant non compétiteur, qui souhaite utiliser la Skyblade en mode freerace.

Je précsie également que pour 2020, loft proposera également une Skyscape 8m2 dédiée au foil. les programmes sont différents : foil racing pour la Skyblade / foil freeride et freerace pour la Skyscape. 

Gréage

Test Loft Skyblade 2020

La montage de la voile n’appel aucun commentaire particulier. Je suis resté sur les préconisations concernant la taille de mat et de rallonge, malgré le fait que ce n’était pas un mat Loft, et ça tombait parfaitement.

Test Loft Skyblade 2020

Les cam s’installent facilement sans forcer si on prend la peine de relâcher à l’amure. Je n’ai pas eu à modifier les spacers, et j’ai obtenu directement un shape très joli avec plutôt pas mal de creux naturel.

Test Loft Skyblade 2020

Comme souvent sur les voiles de foil, on utilisera de la tension à l’écoute pour limiter le creux en navigation et garder un maximum de glisse sans main arrière. On aimerai juste une poulie d’écoute fournie en standard comme sur la plupart des voiles concurrentes (NP, Severn, etc.). Tous les tests ont été fait sur l’oeillet du haut, dans la mesure où j’ai pris l’option d’utiliser cette voile en mode free-race (et non pas dans plus de 20-25 knt comme le feront certainement les coureurs lorsqu’ils auront recours à la 8m2)

Test Loft Skyblade 2020

Sur l’eau

Manipulations

Malgré le programme annoncé, et le creux naturel important, la Skyblade est légère lors des manipulations pour une voile typée racing. Il faut dire que tout semble fait pour réduire le poids de la voile : les renforts sont réduits au strict minimum, et l’ensemble de la voile fait appel à du monofilm non tramé. Je me demande très sérieusement comment la voile va vieillir .. en particulier le bas de la voile qui frotte facilement sur le flotteur et les straps.   

Test Loft Skyblade 2020

Passage des cam

La première chose qui surprend avant de partir au planning, c’est la facilite de rotation des cam. Très franchement, je ne pense pas avoir déjà vu cela sur une voile de foil à camber (à l’exception de la F Type mais pour dans un programme complètement différent). C’est net, sans passage en 2 temps, et sans forcer. Je pense que les critiques faites à l’occasion de la sortie des skyscape ont porté leur fruits, et monty a trouvé une solution idéale de ce côté. Premier super bon point donc. Durant mes 2 jours complets de test, je n'ai pas une fois dû poiusser à la main sur un cam pour qu'il ne passe. Autant vous dire que c'est très rare !

Pumping et dynamique

C’est parti pour un premier départ dans le light en pompant. Et là, 2e effet kiss cool : la Skyblade est très dynamique et sait parfaitement utiliser l’effet reflex du mat avec dun excellent appui sur la chute. Une fois encore, c’est une nouveauté chez Loft car que ce soit avec les Blade, ou les Skyscape (et à fortiori sur les siwchblade ou oxygen), la marque nous avait plutôt habituée à des voiles souples et peu nerveuses. Cela va donc peut être désarçonner les afficionados de Loft, mais nous, on aime ! Cette voile vient donc rejoindre les Severn ou autres NeilPryde dans ce côté nerveux que j’adore. Au moins, cela vaut le coup de mettre de l’énergie au pumping … et cela ne se fait pas à fond perdu 

Accélération et puissance

Une fois en vol, l’accélération est plutôt douce comparé à ses concurrentes, et la puissance assez modérée. Comme toutes les voiles typées foil race ou freerace, on a un effet de stabilisation du flotteur sur le plan longitudinal très marqué dès que l’on borde la voile. Pour tirer tout l’intérêt de ce type de modèle, il est important de bien régler son palan d’écoute en laissant visuellement peu de creux (il y en a toujours assez, car il est très avancé !). Cela va permettre à la voile d’accélérer et de remonter au vent.

Bordure

Par rapport à ses concurrentes, la bordure basse parait beaucoup moins généreuse. Au moins, il n’y aucun risque pour que la voile se bloque dans les straps, et aucun risque de casser une latte au jibe. Par contre, on navigue moins bordure contre le pont qu’avec l’hyperglide 2 ou la NP par exemple.

Poussée sur la main arrière

Toujours en comparaison des autres, la Loft a encore moins de main arrière et un wish plutôt court (sans décrochement). Que ce soit par sa légèreté en main, son dynamisme, et son peu de présence en main arrière, elle ressemble beaucoup à l’IRIS X. Comme avec cette dernière, il faudra donc faire attention à ne pas surborder la voile pour garder de la vitesse, en particulier au près où on a tendance à vouloir s’appuyer sur la main arrière.

Test Loft Skyblade 2020

Performances en mode Up & Down

Je ne pourrai pas m’étendre sur les perf pures, en l’absence de comparaison avec les autres voiles de ce type que j’ai testé en 9m2. J’ai juste noté un appui un peu léger au près très serré, et une puissance ‘tranquille’ pour une 8m2 (en particulier si je compare par exemple à la RS Flight 7,8 première génération qui tirait très fort).

Dans les rafales (15-17 knt … soit bien en deçà des capacités probables de cette voile), le creux ne bouge pas et la voile continue à rester seine et facile. 

Au jibe

Au jibe, sa légèreté est un vrai atout, et ceux qui m’ont vu enchainer les airjibe cette semaine à Serre Ponçon ont eu du mal à croire que je naviguais avec une 8m de course. Le passage des cam sans forcer et en un temps est également un gros atout de ce côté. Comme il n'est pas nécessaire de border comme un bourrain en sortie de jibe, cela évite de plaquer le flotteur sur l'eau ... au moment où on a peu de vitesse.

skyblade loft 2020

Bilan

Sous beaucoup d’aspects, j’ai été très agréablement surpris et carrément séduit par cette nouvelle Skyblade testée en 8m2, sous l’angle d’une utilisation free-race. J’y ai retrouvé beaucoup de points commun avec les IRIS X … avec une meilleur finition, et une meilleure tenue dans le vent (en comparaison avec l’IRIS 7,4 puisque les petites tailles sont plutôt magiques de ce point de vue). Depuis 2 ans, les marques (et loft en tête) commencent à faire de vrais efforts pour développer des voiles dédiées au foil. Quand elles sont réussies (j'ai eu l'occasion de tester aussi quelques bons ratés cette année !!), on y gagne beaucoup en confort de navigation. Essayez et vous pourriez être surpris ! 

Il va être intéressant de tester également la nouvelle Skyscape 8m2 2020 pour comparer (testée en 6,4 pour l'instant à ce jour):  je pense qu'on va trouver 2 voiles très différentes : une voile dynamique typée race et freerace avec la skyblade, et une voile souple typée freeride avec la skyblade. Au passage, petite appareté sur la Skyscape 2020 testée en 6,4 sur un North Platinium 430 SDM ... passage des cam parfait, et beaucoup de légèreté ressentie sur cette petite surface !

Monty, quand est ce que tu déclines ce type de voile en plus petite taille, éventuellement avec un fourreau un poil moins large, 2 ou 3 renforts de plus en bas de voile histoire de faire une saison complète, et avec des poulies intégrées à l’écoute ?

Ce post vous a paru intéressant ou utile ? Retournez l'ascenseur en soutenant nos actions de développement du Windfoil

#Test, #LoftSail, #2020 Posted in: Windfoil