Windfoil - Test NeilPryde RS:Flight et Glide : 2 visions du foil

Swipe to the left
Windfoil - Test NeilPryde RS:Flight et Glide : 2 visions du foil
24 août 2018 1912 Views 11 comments

NeilPryde a réellement été la marque qui a démocratisé le foil grâce au lancement du RS:Flight AL début 2017. Avec presque 2000 foils vendus, de nombreux pratiquants ont découvert les joies du foil grâce à ce modèle. Pour 2019, NeilPryde met à jour le RS:Flight AL et propose un deuxième foil en aluminium nommé "Glide". La bonne question que l'on se pose : pourquoi un 2e foil aluminium dans la gamme ? et Quelles sont les sensations sur l'eau.

Présentation Flight AL 2019

Alors, quoi ne neuf sur cette version 2019 du best-seller dans notre petit monde du Windfoil ? Visiblement, un changement de couleur est à l'ordre du jour, mais vous vous doutez bien que je ne me serai pas lancé dans un test et une présentation pour un passage du rose au bleu. En y regardant de plus près, beaucoup de changements en réalité.


L'aile n'est plus en G10 mais en composite moulé. Elle est beaucoup plus épaisse et n'est plus plate. On y trouve désormais des bouts d'aile recourbés. Le nouveau profil promet des capacités de vol à plus basse vitesse que sur le modèle 2018. C'est clairement le principal reproche qui était fait au RS:Flight 2018, et nous testerons ceci sur l'eau.

Le stab a subit la même transformation, et il adopte lui aussi un profil très épais et des winglets. Du coup, la dérive verticale disparait.

Comme vous pouvez le constater sur la première photo, les vis aussi sont désormais anodisées, et à l'usage, elles semblent se bloquer beaucoup moins vite que sur la version 2018.

Enfin, et c'est aussi un gros progrès, vous pouvez constater que le talon deep-tuttle n'est désormais plus soudé sur le mat en aluminum. Désormais, il est emboité et vissé sur ce dernier. En plus de la solidité accrue (il y a eut quelques cas de SAV sur la soudure qui pouvait s'oxyder), il est désormais possible de l'équiper au choix d'un talon deep-tuttle ou powerbox (en option pour le Flight, et en série sur le Glide).

Finissons cette petite présentation par une remarque importante : la compatibilité entre le Flight AL 2019 et le RS:Flight AL 2018. cela signifie qu'il est possible d'utiliser les ailes et stab 2019 sur le modèle 2018 (et donc de profiter des nouvelles capacités Light Wind). C'est aussi le cas du mat avec on option powerbox.

Présentation Glide Wind 2019

Si le Flight est une évolution importante de la version 2018, le Glide est lui tout nouveau. On retrouve une constitution semblable au Flight, mais avec des différences notables sur les divers éléments.

Commençons par l'aile qui tranche clairement avec ce que nous connaissions. Cette fois, l'envergure est assez courte, mais le profil est ultra épais et la corde imposante.

On retrouve ainsi une forme assez répandue dans le monde du Supfoil et Surffoil. Cela présage d'une très grosse portance à basse vitesse, et une bonne compatibilité avec des flotteurs étroits. L'empreinte du fuselage est 'incrustée' dans l'aile très épaisse, et on constate tout de suite qu'elle est différente de celle du fuselage Flight. Le Glide a donc un fuselage spécifique plus long, qui permet de maintenir cette aile dont la corde est ultra large. Ce fuselage est le seul éléments qui n'est pas compatible avec le foil Flight.

Le stab est également tout nouveau avec un dièdre très marqué, et un profil plutôt épais également

Pour finir cette présentation, je précise que le mat Glide utilise le même profil que le Flight, mais il mesure 70cm contre 83cm pour le Flight 2019.

Les conditions de test

Les 2 nouveaux foils NeilPryde ont été testé à la fois sur notre spot de référence à La Ciotat (vent médium), mais aussi sur des spots comme Serre-Ponçon (ultra light Wind) et Pierrelatte (vent fort).

En terme de flotteur, le Flight a été testé sur la JP Hydrofoil 120, la Horue Airtime et la Starboard Foil 122. Le Glide a été testé sur une Rocket Wide 118, et une Tabou 3S 106

Côté gréement, j'ai navigué avec la NeilPryde V8 6.7, la Duotone F-Type 5,8 et une Duotone Super-Session 4.5 lors de ces sessions de test

Le Flight AL 2019 sur l'eau

Commençons par le test du Flight. Pour ce dernier, je ne vais pas décrire entièrement le comportement du foil, mais plus les différences avec le RS:Flight 2018.

Nos premiers tests ayant eu lieu dans des conditions de vent très léger, ce sont les capacités de décollage dans le light que nous avons jugé au départ. Pour le coup, l'évolution est tout à fait étonnante ! J'avoue qu'en voyant le profil, je me doutais que l'on gagnerai de ce côté, mais je ne m'attendais pas à une telle différence. La version 2018 demandait une vitesse assez importante du flotteur pour décoller. Cette fois, le décollage se produit avec une vitesse assez faible, et l'épaisseur du profil permet de tenir facilement en l'air dès cette vitesse critique atteinte. Une fois en l'air, la plupart des foils assez performants, qui utilisent des profils fins, nécessitent que l'on continue à pomper pour accélérer avant d'atteindre une vitesse où le foil restera en l'air et ne décrochera plus. Cette fois, on peut tout à fait voler sur de la distance avec cette petite vitesse de décollage. Bien sûr, ce n'est pas très confortable car le foil est ainsi moins stable et traine beaucoup d'eau (incidence forte), mais cela va permettre aux débutants de trouver plus vite des sensations en vol.

Quelques remarques sur ce décollage à faible vitesse, et au comportement dans le vent faible :

  • décollage à faible vitesse ne veut pas dire décollage dans très peu de vent ! C'est une confusion assez courante, mais ces profils épais ont plus de trainée, et même si il décollent à faible vitesse de planche, il faut souvent autant de vent pour amener la planche à cette vitesse de décollage certes faible, que celui nécessaire pour amener un foil plus fin à sa vitesse de décollage .. plus élevée. Dans le cas du Flight, on a pourtant gagné sur les 2 points : il décolle à vitesse plus faible, et il y a moins besoin de vent pour le mettre en l'air (à surface de voile égale)
  • avec le Flight 2019, j'ai réussi à voler en 7m2 dans un petit 8-9knt de vent. Cela suppose tout de même une technique de pumping aboutie ! C'est un net progrès par rapport au RS:Flight AL qui me demandait au moins 10-11 knt pour voler avec la même voile. Je précise ceci car j'ai entendu et lu de nombreux retours de pratiquants au sujet du RS:Flight 2018, témoignant qu'il leur fallait au moins 15knt pour voler .. voir plus. Il est donc évident qu'en achetant les ailes et stab 2019 (disponibles en option) pour les adapter sur le modèle 2018, on achète une upgrade qui offre un vrai potentiel de vol avec moins de vent, mais pas une technique. Celui qui a besoin de 15 knt pour voler avec le RS:Flight AL 2018 ne volera pas du jour au lendemain dans 8knt avec les nouvelles ailes ;)
  • dans le vent léger, le Flight vole très bien avec une portance solide. Par contre, sa glisse n'est pas exceptionnelle, et dans les faits moins fine qu'avec la version 2018. Pour les jeunes compétiteurs dont nombreux utilisent le RS:Flight aujourd'hui, la puissance supérieure offrira de meilleures possibilités au près et dans les moles. Par contre, il y a de forte chance qu'il soit un peu retrait côté vitesse aux allures travers et abattu ... il faudra donc trouver quel est l'optimum en fonction des conditions.

Dans un peu plus de vent, le Flight AL retrouve rapidement un comportement plus fidèle à ce que l'on connaissait. On a donc un foil toujours assez progressif, peu nerveux et peu puissant donc facile à gérer. Les capacités au près restent bonnes sans être au niveau des meilleurs. Les stabilités transversales et longitudinale sont à peu près du même niveau que sur la version 2018. Subjectivement, c'est sur l'axe longitudinal que le progrès est le plus sensible.

Dans des conditions plus soutenues, on constate très rapidement que le Flight 2019 a moins d'accélération que le 2018. Lors des changements d'allure, on ressent moins les accélérations : la vitesse semble beaucoup plus linéaire et cela rend le foil plus rassurant. Dans ces conditions, la portance supérieure de l'aile permet de se mettre plus facilement en sécurité en volant à basse vitesse avec la voile assez ouverte pour ne pas avoir trop de puissance. Encore une fois, cela donne un surcroît d'accessibilité au Flight.

Pour ce qui est des sifflements qui caractérisaient le Flight 2018 , ils sont ... toujours présents en 2019. Même solution : il faut poncer la goutte d'anodisation en bord de fuite, et c'est une veille histoire. Tous ceux qui m'ont dit que ça ne fonctionnait pas avaient simplement poncés de façon trop légère.

Lorsque les conditions sont très irrégulières, comme j'ai eu à Pierrelatte par exemple, avec des moles ultra faibles, le Flight 2019 a aussi un avantage. Dans ces zones de dévente, le Flight 2019 allonge nettement moins que le RS:Flight 2018 si on reste statique (on va moins loin en l'air dans la molle). Par contre, si on pompe avec les pieds, le Flight 2019 avale littéralement les déventes et permet donc de se poser moins souvent.

Le RS Glide AL 2019 sur l'eau

Avec son boitier powerbox en standard, le Glide annonce immédiatement un programme différent. Pour ce test, nous l'avons donc monté sur une planche freeride, et sur une freewave.

En terme de comportement, là aussi c'est très différent du Flight. Le décollage est moins rapide, non pas qu'il faille plus de vitesse de déplacement, mais la trainée importante de l'aile nécessite plus de puissance. Comme le concept n'est pas fait pour utiliser des grosses voiles, cette puissance nécessaire se traduit automatiquement par une nécessité d'avoir plus de vent. Le Glide n'est donc pas un foil destiné au vent léger.

Encore plus qu'avec le Flight, le décollage est très doux sur le Glide. On n'a absolument pas de sensation d'accélération quand il décolle comme on peut l'avoir avec d'autres foils. C'est assez étonnant car la transition entre le planning et le vol est moins perceptible. On ressent beaucoup moins la glisse, mais c'est plus la liberté du flotteur qui témoigne que l'on est en l'air.

Une fois le vol stabilisé, on doit toujours fournir de la puissance avec le glide pour rester en l'air. Dès que l'on ouvre la voile, il ralentit immédiatement et se pose. Il n'a par exemple aucune allonge dans les moles. En contre partie, il y a peu de risque de se faire peur avec ce foil. Dans le cadre d'une initiation, il peut être très intéressant car il conjugue un équilibre assez pied arrière (donc moins dépaysant pour un windsurfeur), une nécessité de puissance vélique, peu d'accélération, et un arrêt très rapide quand on veut lever le pied.

En terme d'équilibre, le Glide est très pied arrière par rapport à nos références. Les foils NeilPryde (Flight, F4) sont globalement assez équilibrés vers l'arrière, mais là c'est encore plus marqué avec la Rocket. Sur une planche lourde du nez (comme avec notre Rocket de test) il ne faut pas relâcher un seconde la pression sous le pied arrière pour voler. Dès que l'on relâche un peu, on se pose immédiatement. C'est pour le coup très rassurant, mais peu confortable pour un pratiquant aguerri. Avec une planche légère et courte comme la 3S, l'équilibre est plus centré, et correspond plus à ce que va rechercher un pratiquant qui ne débute pas. On navigue très debout et on apprécie sa maniabilité.

Avec la planche freewave justement (et une petite voile en 4,5m2), c'est là que l'on découvre à mon avis le vrai visage du Glide, et son vrai intérêt ! En plus de l'équilibre qui est plus évident, le Glide colle là parfaitement au programme car il apporte en 3 dimensions ce que la board apportait partiellement de mode Windsurf : la maniabilité, une vitesse contenue, et le côté joueur. Je n'ai malheureusement pas eu l'occasion d'essayer le Glide dans des conditions de houle, mais je suis sûr qu'il va être parfait pour jouer au surf. A tester dès cet automne :)

Alors, innovation ou pas ce Glide ? La réponse est : pas vraiment car c'est un concept qui existe déjà depuis un moment chez Naish notamment. Le vrai plus de NeilPryde est de proposer ceci avec une finition industrielle, et un tarif ultra raisonnable.

Pour qui est pour quoi ? Pour moi il y a 2 cibles au Glide. La première, c'est le débutant qui veut découvrir le foil en étant sûr de ne pas se faire peur, et en réutilisant son flotteur de freeride, sans avoir à toucher au boitier : investissement minimal. L'autre, c'est l'amateur de freewave et bump & jump qui va foiler dans le vent medium et transformer un flotteur plutôt maniable en un engin ultra maniable et joueur.

Bilan

Avec la fournée 2019 des foils NeilPryde Aluminium, aucune révolution, mais un positionnement produit collant mieux au marché, tout en restant dans des tarifs parmi les plus bas du marché.

Le RS:Flight 2018 s'est beaucoup vendu pour son prix. Comme tenu de son manque de portance naturelle dans le vent léger, beaucoup l'on revendu très (trop) rapidement sans en avoir exploité toutes les possibilités, et surtout sans avoir mesuré les performances dont il était capable (vitesse). La version 2019 est bien différente, et colle beaucoup plus aux besoins de ceux qui veulent découvrir le foil, surtout dans le vent léger. Au vu de son tarif, cela donne au Flight 2019 une vraie (bonne) raison d'être !

Avec le Glide, NeilPryde reprend un concept déjà utilisé par d'autres, mais le propose à un tarif ultra bas, avec un nom et avec une qualité de fabrication irréprochable. Ce Glide Wind ravira les débutants qui n'étaient pas rassurés de se mettre au foil, et les amateurs de navigation dans la houle qui veulent conjuguer la pratique free-wave en mode foil.

Ce post vous a paru intéressant ou utile ? Retournez l'ascenseur en soutenant nos actions de développement du Windfoil

Lomic 24 septembre 2018 at 10:34
Très intéressant et à tester l'aile du AL 2019 sur mon AL 2018. Par contre moi j'ai le bleu, avec une aile un peu plus porteuse que le rose, ça reste intéressant pour le light en comparaison l'aile 2019 ? Tu parles de tarif ultra-bas à la fin du test, sans mentionner le tarif pour autant, ça serait bien de les ajouter si c'est possible.
Eric COLLARD 24 septembre 2018 at 10:34
Tarifs pas encore dispo mais on va rester autour des 800, donc toujours dans les plus bas du marché. Pour le coup très peu de différence entre l'aile du RS:Flight et celle du RS:One donc oui, il y a un vraie différence dans tous les cas avec le Flight 2019
Erwan 24 septembre 2018 at 10:34
Bonjour et merci pour ce test très intéressant. Je suis intéressé par l’achat du Flight mais pouvez préciser comment poncer la goutte d'anodisation en bord de fuite ? Je ne suis pas sûr de bien comprendre. Merci d’avance
Eric COLLARD 24 septembre 2018 at 10:34
Pour ceux qui ne veulent pas s'embêter ou qui hésitent sur la façon de faire et la quantité à enlever, on peut le faire avant livraison. Je l'ai déjà fait sur une bonne 15aine de foil NP et ça fonctionne nickel.
Olivier 24 septembre 2018 at 10:34
Merci pour ce test. Peut on utiliser le glide sur une freewave de 95L (fanatic FW STB 60 x 227) ?
Eric COLLARD 24 septembre 2018 at 10:34
C'est tout à fait l'objectif. Je t'ai testé sur une 100L, mais à mon avis sans problème. Il ne faut évidemment pas s'attendre à décoller avec 10 knt de vent bien sûr, mais pour naviguer avec un peu de vent, et éventuellement dans la houle, c'est parfait.
Julien 24 septembre 2018 at 10:34
Bonjour, est il nécessaire de renforcer le boitier powerbox d'une freewave? Il n'y a pas de risque d'endommager le boitier avec le temps? Merci
Eric COLLARD 24 septembre 2018 at 10:34
Nous n'avons que très peu de recul sur ce type d'assemblage, mais les appuis se faisant principalement sur les contreforts du boitier au niveau de la carène, je ne suis pas inquiet. D'autre part, avec des foils comme le Glide et une planche étroite, les efforts latéraux sont très limités, donc à mon avis peu de risque pour le boitier.
pav sup 24 septembre 2018 at 10:34
Bonjour, Le rs: Flight est-il vendu avec une house?
Eric COLLARD 24 septembre 2018 at 10:34
Il est vendu dans une boite à l'intérieur de laquelle tous les éléments sont rangés dans un bloc de mousse prédécoupé. Il est possible d'utiliser ce bloc de mousse pour le transport. Il existe aussi une housse plus compact disponible en option.
Eric 24 septembre 2018 at 10:34
Bonjour, Merci pour ces tests Une idée du tarif de l'option aile & stab 2019 ?