Windfoil - Test AHD AFS2

Swipe to the left
Windfoil - Test AHD AFS2
23 avril 2017 3759 Views

Nous avons testé le foil AFS2 à plusieurs reprises et dans plusieurs configuration

Premier test AFS2 / Aile 800 + AHS SL 122

Conditions du test

  • Flotteur : AHD SL 122
  • Conditions de vent : 10-18 knt
  • Spot : martigues
  • Voile 7m2 Gun vector

Sur l'eau

Le décollage est relativement rapide, mais en retrait avec ce que peuvent offrir un Loke Envol ou un Horue XLW ... essentiellement par manque de dynamisme. Je m’attendais à plus considérant l’énorme surface de l’aile, mais elle est au final assez fine en épaisseur relative. Il faut dire que nous n'étions vraiment pas aidé par la voile de 7m Gun Vector utilisée pour ce test et qui manquait particulièrement de jus, de dynamisme et d'agréement général.

Dès les premiers mètres, c’est la stabilité longitudinale incroyable qui surprend : le foil est littéralement bloqué sur cet axe ! Je n'avais jamais ressenti ceci, mais on s'en approchait de près avec l'Xtrem Foil qui partage un peu les mêmes sensations.

Jusqu’à présent, j’avais du mal à comprendre pourquoi les designers n'allongeaient pas les fuselages pour mieux stabiliser leurs foils, persuadé que plus c’était stable, mieux on se porterait. Je ne pensais pas pour autant tester un jour un foil « trop stable » . Vous allez me prendre pour un dingue mais je vais m’expliquer : avec un F4, les réactions longitudinales sont ultra vives, et il faut donc le stabiliser en permanence avec les pieds, mais il répond à la micro-seconde et à la moindre pression d’un orteil. C'est sportif et demande un très bon niveau de maîtrise. Avec l'AFS2, on est dans l’extrême inverse : l’altitude du foil est presque figée, … on se sent presque un peu prisonnier, et on est presque obligé d’anticiper les corrections ! … surprenant et atypique.

Côté glisse, rien à redire, même avec cette grosse aile: c’est très fluide même si on sent qu’on peut faire mieux. On est déjà subjectivement plus rapide qu'avec les ailes purement axée light Wind (horue XLW par exemple). Le passage dans les molles est plutôt bon, et le foil répond au pumping dans la moyenne.

Avec un peu plus de vent et de vitesse, la portance devient très forte, et il faut venir mettre un appui (très) soutenu pied avant pour éviter de sortir de l’eau, un peu comme avec le Loke Envol en configuration surtoilée. La vrai différence, comme on le disait auparavant, c'est qu'il faut mieux anticiper la correction sur l'AHD car elle prend plus de temps à porter ses fruits.

Au près, le foil répond parfaitement et fait un très bon cap (subjectivement au dessus de la moyenne, mais moins que les ténors). Aucun départ à la gîte, ce qui dénote d’une conception seine et un ensemble très rigide.

Par contre, le flotteur SL2 122 manque un peu de largeur pour une navigation sereine en contre gîte. La navigation debout est plus confortable, et il paraît évident qu'on y gagnera à utiliser un flotteur plus large à l'arrière. Ce manque de largeur est d'ailleurs probablement à l'origine du manque de réactivité de l'ensemble. Poursuivons donc les tests

Test AFS2 / Aile 700 + AHS SL 122

Conditions du test

  • Flotteur : AHD SL 122
  • Conditions de vent : 10-18 knt
  • Spot : martigues
  • Voile 7m2 Gun vector

Sur l'eau

En passant à la petite aile, de 700 mm2, on trouve quelque chose de plus homogène avec une portance qui vient plus progressivement, et qui est plus facile a gérer quand la vitesse augmente. A vitesse soutenue, on retrouve cet appui pied avant marqué, mais il est plus facile à gérer. Cela nécessite surtout un temps d'adaptation.

Subjectivement, le décollage est presque aussi rapide qu'avec la 800. C’est par contre le passage dans les molles qui est un peu en retrait. J'ai quand même préféré cette configuration compte tenu du temps de réaction pour corriger les excès de portance.

Avec la petite aile, on atteint rapidement une vitesse bien plus soutenue qu’avec la 800, et un petit mouvement d’oscillation en lacet apparaît, sans doute dû à un léger manque de rigidité en torsion du mat (on a un prototype sous les pieds). Ce n'est pas gênant en soi, mais tout à fait perceptible dans cette configuration.

Test AFS2 / Aile 700 + Proto Sun7

Conditions du test

  • Flotteur : proto windfoil Sun7 (long 2m)
  • Conditions de vent : 14-20 knt
  • Spot : Port St Louis
  • Voile 5m vague

Sur l'eau

Avec une planche courte, l'AFS2 change de visage et devient tout à coup plus agréable. Sur la plupart des foils, le passage à un flotteur dédié marque une amélioration, mais dans le cas de l'AFS2, le changement est radical !

Cette fois, on ne se sent plus prisonnier du foil et le dosage stabilité / réactivité est juste parfait. Sur le plan longitudinal, il devient désormais facile de réagir et régler son assiette. Sur l'axe transversal, le comportement de l'AFS2 reste fidèle à ce que nous avions eu jusqu'alors : ultra stable ... peu être autant voir plus que le Loke Envol qui est aussi une référence dans le domaine.

Sur cet axe transversal, l'AFS2 est tellement stable qu'il est même difficile de le faire gîter ou contre-gîter sauf à appuyer fortement. On navigue donc naturellement assez droit sur l'AFS2. Si on souhaite serrer le vent de près, la contre-gîte est utile, mais on reste sur des angles assez faibles avec ce foil qui tend naturellement à remettre le flotteur à plat. Selon les spécialistes, cela est très lié à la forme "aile de mouette" marquée des ailes. Ceci, ajouté à la taille modérée du mat, peut expliquer que l'AFS2 ne soit pas le foil le plus efficace au près très serré. Dans la même catégorie, Le loke, fait mieux par exemple car il est plus facile à mettre à la contre-gîte. En contre partie, l'envol est moins rapide.

Une autre caractéristique de l'AFS2 lorsqu'il est utilisé avec une planche courte, c'est son incroyable capacité à naviguer autant à basse vitesse qu'à vitesse soutenue avec la même stabilité. De la même façon, il accepte aussi bien des toutes petites voiles de vague, que des voiles de slalom. Cela fait de l'AFS2 l'un des foils très polyvalent. Pour revenir sur la vitesse, le foil AFS n'a pas une glisse ultra fine comme un F4 ou un Select (ça se sent surtout dans le très light), mais il est tellement facile qu'on peut le pousser assez loin sans se mettre en danger. Aux allures portantes (sa prédilection), les 25 knt sont à la portée de tous si le plan d'eau reste plat. Nombreux sont les coureurs qui ont dépassés les 28knt aux commandes.

Si on le compare encore une fois à son principal concurrent dans le même créneau (foil freerace carbone très facile d'accès), l'AFS2 est plus rapide que le loke à toutes les allures, mais un peu moins efficace au près très serré. Par contre, on n'a jamais subit avec l'AFS2 les décrochages de mat que l'on rencontre de temps en temps sur le loke Envol à plus de 18-20 knt.

Test AFS2 / Aile 700 + Proto Exocet RF81

Conditions du test

  • Flotteur : proto exocet RF81
  • Conditions de vent : 10-20 knt
  • Spot : Brest Cale du pôle france
  • Voile 7.8 Xo Fly

Sur l'eau

Cette fois, le test de l'AFS2 est effectué avec un flotteur dédié windfoil plutôt avancé.

En terme d'équilibre et de comportement, on retrouve l'AFS2 facile et rassurant. Au largue, le plan de pont de la RF81 ajoute encore à la facilité.

On retrouve encore une fois un foil plus à l’aise sur des allures autour du travers que sur un parcours très serrés up & down. Au près en particulier, le foil est tellement calé latéralement qu’il est même difficile à mettre à la contre gîte (en comparaison avec un loke, select, F4 ou starboard), et cela influe sur le ratio cap/vitesse réalisable avec facilité. Bien sûr, les meilleurs comme Bruno ou Damien savent nous montrer que c’est tout de même possible.

La taille du mat est aussi une limite dans les capacités en terme de cap et de passage dans le clapot (en comparaison avec les mats de 95cm). Par contre, dans le cadre d’une utilisation freeride ou sur le plat, cette longueur est est tout à fait adaptée. Comme avec le Lokefoil, l’AFS2 souffre moins que d’autre de cette taille modeste car l’excellente stabilité longitudinale demande moins d’attention pour se maintenir à une hauteur à peu près constante.

En terme de contrôle, l'AFS2 fait merveille grâce à une excellent rigidité du bloc fuselage / mat (l'une des meilleurs du marché, juste derrière les starboard, RSX et F4, mais devant un Loke, et très loin devant un Vini, aeromod, slingshot, ketos etc.). Dans le clapot, on ressent très légèrement les mouvements du foil sous l'eau mais cela reste facile à contrôler et rassurant. Par rapport aux tests que nous avions fait sur le proto, les oscillations en lacet ont complètement disparues.

Bilan

Après des tests réalisés dans des configurations et des conditions très variées, l'AFS2 s'avère être l'un des 3 foils les plus faciles d'accès du marché, aux côté du RS:Flight AL et du Loke Envol. Par rapport à ces 2 derniers, il se démarque par sa qualité de fabrication au dessus de tout soupçon, des performances plus poussées dans la plupart des conditions, et un contrôle supérieur dans les conditions les plus difficiles. Le loke garde l'avantage du cap maxi, et le NeilPryde du rapport qualité / prix grâce à son tarif ultra bas.
On attend avec impatience la disponibilité du reste de la famille AFS avec les mats de 95 et de 105 (resepctivement pour des programmes perf et course)

Ce post vous a paru intéressant ou utile ? Retournez l'ascenseur en soutenant nos actions de développement du Windfoil