Windfoil - Test Serverne Foil Glide 7m 2020

Swipe to the left
Windfoil - Test Serverne Foil Glide 7m 2020
6 janvier 2020 421 Views No comments

Conditions du test

Spot : La Ciotat

Vent : 7 à 15knt

Environnement :

  • combo Starboard Foil Freeride 150 + F4 race 120 / 1000
  • combi Horue Airtime 125 + Foil IRIS X 100 / 800

FoilGlide 7m Severne 2020

Présentation 

FoilGlide 7m Severne 2020

Je ne reviendrai pas sur la présentation détaillée que j’avais déjà fait pour la 6m2, mais j’évoquerai ici les spécificités de la 7m.

Avec la plus grande surface disponible sur ce modèle, un mat RDM 460 est indispensable. On utilise même une rallonge de presque 30cm. Pour ce test, j’ai utilisé le mat Severne Red RDM 100%, qui est évidemment un compagnon idéal pour cette voile. Les mats RDM étant plutôt rares en 460, il faudra bien chercher si on ne veut pas utiliser le Severne. De mémoire , les autres options doivent se limiter à Gun et Loft.

FoilGlide 7m Severne 2020

En tout cas, le montage d’une voile à camber sur un mat RDM est un jeu d’enfant : le mat s’enfile comme qui rigole, et la mise en  place des cam ne nécessite vraiment aucun effort.

La tension à l’amure est plutôt faible : pas besoin de sortir la manivelle. Avec 29cm de rallonge préconisée, j’avais mis 30, mais je n’ai au final pas étarqué à fond car la voile ouvrait déjà bien ainsi. Une valeur de 28 me parait à priori suffisante.

A l’écoute, il faut aussi rester raisonnable sur la tension pour laisser du creux. Pour le test, j’ai utilisé un wishbone de vague en 150-220 et j’avais l’arrière de voile qui affleurait le wish. Il est possible de mettre plus de tension pour affiner la voile dans le vent, mais nul besoin dans les conditions du jour.

FoilGlide 7m Severne 2020

A la première utilisation, pensez à ajuster la tension des lattes pour assurer un creux bien en avant. C’est en particulier important sur la latte située au dessus du wish car c’est à cet endroit que le creux est le plus important, et cela semble être un point clé de l’efficacité de cette voile. Quelque soit la tension des lattes, la rotation des cam est tellement facile qu’il n’y a pas de risque à étarquer.

FoilGlide 7m Severne 2020

Sur l’eau

Lors des manoeuvres, la voile est incroyablement légère. J’avoue que j’avais oublié de mettre un tire veille lors de ce premier test, et je n’ai eu aucun soucis à la sortir de l’eau à bout de bras sans cet accessoire habituellement indispensable.

Des les premières risées, on sent une voile qui pousse vers l’avant. La relative souplesse de la voile permet d’avoir beaucoup de sensations … tout au contraire d’une voile « tôle » avec laquelle on en sent pas grand chose.

Au premier pumping, j’ai été surpris par la grand panneau central qui tape dans le wish. Pourtant, on ressent immédiatement une puissance conséquente dans le haut de la voile. Au fur et à mesure de la session, j’ai dû adapter ma technique de pumping : au contraire de l’hyperglide ou l’on doit effectuer des mouvements très appuyés pour cintrer le mat et utiliser son effet réflexe, la méthode optimale avec le Glide semble être de commencer avec des petites mouvements rapides de faible amplitude de manière à garder l’arrière de la voile en contact avec le wish. On amplifie l’amplitude des mouvements au fur et à mesure ou la vitesse augmente.

Durant toute la phase d’accélération, la Glide se distingue assez fortement des autres voiles typée freeride par la poussée ressentie au dessus du wish. Sur la plupart des voiles de freeride, on sent que la puissance vient du bas, et de l’arrière de la voile. Ici, on sent peu d’appui dans le bas de la voile et dans le wish. Le centre de poussée est ressenti très haut et très près du mat … un peu comme sur la Xo Gold Foil testé il y a quelques semaines.

FoilGlide 7m Severne 2020

Pour la première partie de ce test, j’avais sous les pieds un combo Starboard Foil 150  / F4 race (aile de 1000). Avec cet ensemble, et dans un vent très léger, majoritairement inférieur à 10 knt, le décollage intervient de façon plutôt assez précoce pour une voile de 7m, mais l’accélération une fois en l’air est laborieuse. En passant au combo Horue Aitrime 125 / Phantom IRIS X, le décollage est encore plus précoce (accélération plus facile avant le vol), mais surtout l’accélération est plus rapide et naturelle. On sent bien que la glisse supérieure d’un flotteur moins large et d’une aile de 800 se marie mieux à la puissance modérée de la voile de freeride.

En vol, la FoilGlide ne renie pas ses origines : on a bien une vraie voile de foil qui stabilise parfaitement l’assiette longitudinale. La traction est régulière et la main arrière légère. La sensation de légèreté en vol est tout à fait impressionnante également. Les yeux fermés, impossible d’imaginer que l’on a une 7m dans les mains, même si la poussée conséquente en est une parfaite signature. Pour le dire autrement, on a un peu l’impression d’avoir la puissance d’une 7.8 avec l’inertie d’une 6m. C’est assez bluffant.

Avec le combo F150 / F4, on a un comportement inattendu : le gréement est tellement léger qu’il n’arrive pas à plaquer la planche , au contraire de l’hyperglide2. Du coup, il faut compenser en permanence en déplaçant son poids vers l’avant. Encore une fois, on voit que l’adéquation flotteur  / foil de race avec une voile de frereride n’est pas optimale. 

FoilGlide 7m Severne 2020

Quand on fait un premier petit bilan, on se demande finalement qu’apporte une voile plus lourde et puissante comme l’hyperglide (qui fait mine de rien 2m de plus). La réponse est simple : 

  • l’accélération au près
  • l’allonge dans les molles

Effectivement, malgré toutes ces qualités , la Glide ne peut pas rivaliser avec une voile dédiée à fourreau très large en terme de performance. Dans les molles, la puissance chute beaucoup plus vite avec le Glide car la voile ne génère pas de puissance sur le vent vitesse comme les hyperglide, IRIS RF ou autre NP Flight Evo. Il faut donc adopter une autre stratégie , en abattant , se redressant sur le flotteur, et laissant glisser. On peut également pomper en vol pour garder de la vitesse, mais c’est moins efficace qu’avec la grosse voile à camber.

Dans les quelques rafales (autour de 15knt) rencontrées ce jour là, la Glide 7m ne m’a jamais parue limitée. On sent que l’équilibre bouge et que le centre de poussée recule un peu, mais jamais la voile ne devient difficile à tenir. Sa souplesse permet de gérer très facilement cette légère pression main arrière.

Avec un appui un peu plus franc dans les rafales, on joue même avec cette poussée très en avant pour se pendre dans la voile et remonter au vent de façon efficace. 

FoilGlide 7m Severne 2020

En alternant entre les 2 configurations F150 / F4 Race / HG2 9m et Airtime / Iris X / FoilGide 7m, on a vraiment 2 ensembles très aboutis, cohérent et équilibrés, mais offrant 2 approches différentes du vol. Le premier est physique mais ultra performant et grisant, le 2e est ludique, léger et agréable. Le plus étonnant est que les 2 configurations exploitent les mêmes conditions de vent .. avec pourtant 30L de volume, 200cm2 d’aile et 2m2 d’écart !  

La bonne association

Suite à ce test de la Glide en 7m, qui est la plus grande taille disponible sur ce modèle, voici nos conseils d’association 

Dans la mesure où le programme de la voile est le light wind en mode freeride, elle conviendra idéalement à un gabarit de moins de 85kg pour exploiter sereinement la plage basse 8-12 knt

Côté flotteur, la FoilGlide a besoin de glisse, et s’associera de préférence avec des flotteurs pas trop larges ou assez pincés (Airtime 125, Starboard 125, AHD Thunderbolt 75, Tiny, Exocet Freefoil, Fanatic StingRay 125, JP Hydrofoil 120)

Côté foil, on privilégiera également des foils typés freeride (Starboard Supercruiser, Taaroa Noe freeride, GA Mach 1, Fanatic Flow 900) ou freerace plutôt glissants avec des ailes de 800 ou 850 max (Starboard GTRS+, LK1 850, Phantom IRIS X, Noe Freerace)

Le jeu des comparaisons

En légèreté ressentie, la Glide est plus légère que tout ce que nous avons testé jusque là, à l’exception de la Horue Swart (sans cam). Elle surpasse même largement la plupart des voiles sans cam que nous avons habituellement en main (E-Type, Matrix, Ryde, Vega)

Par rapport à la Starboard Flight, la Glide est un peu moins pêchue en statique , mais plus en dynamique , et plus stable dans les rafales. Ca lui confère une plage d'utilisation supérieure sans pour autant sembler plus encombrante.

Par rapport aux Phantom, la gilde est plus légère et moins physique que les Z et X, mais ces dernières offrent plus d’accélération au près, plus de puissance sur le vent vitesse , et plus de puissance si on sait pomper de façon énergique (en particulier pour la X)

Par rapport à la Duotone F-Type, la glide en 7m est plus dynamique que la F-Type 6.7 et se déforme moins dans les rafales. Par contre , la construction de la F-Type semble plus solide, et elle reste la reine de la douceur sur la rotation des cams.

Par rapport à la Hydra, on retrouve quelques points communs sur la maniabilité, le légèreté, mais la Glide a bien plus de puissance dans la plage basse, et certainement moins de tenue dans les vents très rafaleux.

.. et par rapport à toutes les voiles ’traditionnelles’ … ben justement, c’est une voile vraiment faite pour le foil et ça fait toute la différence. 

Bilan

Après avoir signé en 2019 l’une des voiles les plus performantes du marché avec l’Hyperglide 2, Ben Severne nous propose encore une fois une voile très réussie pour la pratique du foil en mode freeride. 

Avec cette voile qui semble un peu « basique » au départ (mast panel en dacron, 4 lattes), Servene a réussi le tour de force d’offrir une puissance, une dynamique et une efficacité que l’on attendait pas sur une voile aussi légère. Certes il ne faut pas s’attendre à mon avis à un produit ultra robuste dans le temps, mais cette FoilGlide va offrir un max de plaisir si elle est associée aux bon éléments.

Disponibilité : immédiate en petite quantité, puis de façon plus globale au printemps 2020

Ce post vous a paru intéressant ou utile ? Retournez l'ascenseur en soutenant nos actions de développement du Windfoil