Windoil - Débuter en foil

Swipe to the left
1 octobre 2018 519 Views

SOMMAIRE

Voici les clés pour un apprentissage zen et efficace du windfoil :

  • Apprentissage Step by Step : de la patience 
  • Matos - ne pas changer trop vite 
  • Bien choisir son gréement : un élément très important 
  • Le foil , ce n'est pas que le light wind, et la cé des premiers vols est un vent régulier autour de 15 knt 
  • Décollage vs contrôle : ne pas se tromper de cible
  • Naviguer dans l'ultra light - de la patience, il faut déjà de la technique

Préparer ses premiers vols

Pour faire vos premiers vols le plus facilement possible, l'élément le plus important est le vent : privilégier un vent moyen régulier autour de 15 knt et une mer plate. Essayer de débuter dans 20 knt ou pire 10knt, c'est mission impossible.

Equipez vous d'une voile de taille modérée, la plus légère possible, type Freeride 6m2. On ne débute surtout pas avec une 7,5 à cambers et fourreau large !

Faites vos premières sessions sans harnais, et enchainez des petites sessions de l'ordre de 15-20 mn

Pendant les premières sessions, vous ne mettrez pas le pied dans le strap arrière. Vous pouvez les retirer pour pouvoir positionner votre pied à loisir, cela vous aidera à trouver votre équilibre.

Suivez les règles de sécurité suivantes

  • Jamais de waterstart
  • on ne lache jamais le gréement, même si on doit finir sous à la voile, ou à genou dans celle-ci

Première session

Pour cette prise de contact avec le foil, votre première mission va être de ne pas décoller (si si, vous avez bien lu). Faites 2 ou 3 allers-retours en essayant de faire planer la planche sans faire décoller le foil. Pour cela, vous allez vous entrainer à faire accélérer la planche jusqu'au planning avec le pied avant dans le strap en essayant de rester le plus droit possible sur votre flotteur (d'où la nécessité d'avoir un peu de vent) sans vous pencher en arrière et sans appuyer sur le pied arrière.

Dès que vous allez sentir que la planche veut s'élever, vous mettez votre poids sur le pied avant, et vous ouvrez une peu la voile. Le flotteur se re-pose, et vous pouvez recommandez à border. Vous allez réaliser cet exercice sur au moins 2 bords complets, jusqu'à avoir bien ressenti la transition entre le planning et le début du vol.

L'étape suivante va consister à laisser le flotteur s'élever très légèrement sur quelques mètres, puis à remettre le poids sur l'avant pour le re-poser. Graduellement, vous allez répéter cette opération tout en allongeant petit à petit les vols. Durant toute cette phase, il va falloir surveiller 2 éléments : on reste parfaitement droit à l'aplomb de la planche, et on empêche la planche de l'élever à plus de 10-15cm de l'eau. A ce stade, exercez vous à gérer l'appui pied avant / pied arrière en déplaçant votre bassin vers l'avant ou vers l'arrière (d'où l'intérêt de travailler sans harnais). Petit à petit, combinez ceci avec le déplacement de votre gréement.

la suite

Lorsque vous saurez déclencher à loisir le vol, et gérer des vols de plus de 200m, vous allez pouvoir descendre en taille de voile pour pouvoir être plus à l'aise dans les phases de vol. En général, comptez entre 1 et 2m2 de moins que ce que vous aviez utilisé en Windsurf traditionnel.

L'étape suivante sera de remettre votre harnais, et d'apprendre à gérer le vol malgré une position plus bloquée par le harnais. Pensez à désynchroniser au maximum le haut du corps (qui gère le gréement) et les jambes (qui gèrent l'assiette du foil).

Une fois cette étape maitrisée, vous pouvez ré-installer vos straps arrière et vous habituer à la gestion du vol avec harnais et pied arrière dans le strap.

L'ESSENTIEL

Patience

L'apprentissage du foil PREND DU TEMPS ! C'est un postulat qu'il faut intégrer dès le début sous peine de déception.

Matériel

Que ce soit foil, flotteur ou gréement, chaque élément est important (et pas seulement le foil). Privilégiez cohérence à quantité.

Light Wind

Ne vous focalisez pas uniquement sur le light wind. D'abord cela demande de la technique, et vous prendrez aussi du plaisir dans le vent

Apprentissage : de la patience

L'apprentissage du foil PREND DU TEMPS ! C'est un postulat qu'il faut intégrer dès le début sous peine de déception. Si vous avez appris le windsurf (et même si c'est loin), vous savez ce que c'est ... donc même si vous êtes de cador du spot, rappelez vous que rien ne se fera en 5 sessions.

Comme tout apprentissage, l'évolution de fait par marches, avec quelques fois des moment où vous aurez l'impression de stagner. Il faut être patient et ne pas brûler les étapes. 

On arrive très vite à voler, mais aller de quelques vols à une parfaite maitrise de l'assiette du flotteur, et une disociation entre les pieds (qui gèrent la planche et l'incidence du foil)  et le haut du corps (qui gère la gréement et les allures) prend pas mal de temps. Ce sont les heures passées sur l'eau qui feront la différence ! 

L'apprentissage foil met en oeuvre beaucoup de propriosception, les différents individus sont donc très inégaux devant cet apprentissage. En moyenne, je dirai qu'il faut

  • 2 sessions pour faire ses premiers sauts de puce
  • 4 sessions pour faire des vols stabilisés d'une 100aine de m, reproductibles
  • 6 sessions pour se détendre en vol
  • 10 sessions pour faire des bords complets en vol
  • 20 sessions pour commencer à gérer un vent un peu soutenu
  • 30 sessions pour être réellement efficace dans le light, et boucler ses premiers jibes en l'air
  • 40 sessions pour être à l'aise dans des vents irréguliers

Matériel - ne pas changer trop vite

Au risque d'en choquer certains, je rappelle que LA TECHNIQUE NE S'ACHETE PAS. Ce n'est pas en changeant de matériel toutes les 3 minutes que vous progresserez plus vite. 

D'un côté, on entend partout que le matériel de foil est cher, et d'un autre côté, on observe beaucoup de pratiquants qui changent de foil avant même d'avoir fait le tour du précédent. 

J'avoue que ça fait plaisir aux commerçants que nous sommes, mais nous ne rappelerons jamais assez que ce sont les heures passées sur l'eau qui font progresser, et pas le changement systématique de matériel. 

Un très bon exemple : 80% des propriétaires de foil NP RS Flight AL les ont revendu avant même d'avoir bouclé 20 sessions. Pourtant, c'est un foil qui propose des perfs loin d'être ridicules, et qui pourrait vous surprendre aux main d'un foileur expérimenté.

Bien choisir son gréement

Quand on parle de windfoil, on entend souvent 2 commentaires correspondant à des idées reçues erronées : "en foil : le flotteur importe peu puisque l'on est en l'air", et "on peut utiliser n'improte quel gréement". En ce qui converne le 2e point, il n'en est rien car le gréement à une influance très importante sur 2 points

  • la facilité d'utilisation du foil
  • le plaisir pris en naviguant (ce qui est un peu l'essentiel, non ?)

... et son choix est donc loin d'être anodin. 

Cela ne veux pas dire qu'il faut y mettre très cher, mais juste qu'il faut bien le choisir. Encore plus qu'en windsurf, la légèreté et l'effiacité du mat sont des élements très importants .. bien plus que la perf pure de la voile. De même, nul n'est besoin d'avoir 6 voiles pour faire du windfoil : 3 suffisent largement pour couvrir la plage de vent de 7 à 30 knt. Gardez moins de matériel, mais soignez les associations et ne négligez pas le mat.

En terme de surface, et à moins de peser 95kg, aucun intérêt de dépasser 8m2 ... privilégiez pour le light des voiles légères et dynamiques à de lourdes voile de race. Il faut aussi une choisir une surface suffisament petite pour garder un pumping dynamique. Pour donner une idée, mon étagement de voile (gabarit de 78kg) est 7,8 - 6,7 - 5m ... et c'est largement suffisant !

Le foil : ce n'est pas que le Light Wind

La plupart des débutants en foil sont attirés par les performances dans le vent léger. 90% des pratiquants considèrent ainsi que le foil va complémenter le windsurf dans des conditions où il ne naviguent habituellement pas.

Dans les faits, le windfoil est simplement une autre navigation, et beaucoup se retrouvent à pratiquer par tous temps en progressant.

Lorsque vous investissez dans du matériel de windfoil, ne vous focalisez donc pas sur LE foil qui décolera le plus tôt. Choisissez un modèle évolutif qui vous permettra aussi de prendre du plaisir dans des conditions plus soutenues ... pour ne pas regreter, et ne pas passer à côté du plaisir que l'on prend en foil à 20-25knt.

Naviguer dans l'ultra light : de la patience

Retenez que naviguer dans du vent très léger en windfoil n'est pas à la portée du débutant. Ce n'est pas en changeant de foil tous les 4 matins que vous volerez plus tôt, mais en paufinant votre technique.

Pour débuter, l'idéal est un vent autour de 15 knt. Au bout de quelques sessions, vous pourrez vous faire plaisir dans 12 knt, mais avant de voler dans 7-8 knt, prévoyez une ou 2 saisons de pratique ! .. et pas la peine d'acheter une aile de 6m d'envergure, cela ne changera pas la donne ;)

Décollage vs contrôle : ne pas se tromper de cible

Au cours des nombreuses discussions que nous avons au magasin ou sur les forums, nous remarquons que la plupart son omnubilés par le décollage du foil dans le vent très léger. Cela a conduit certains fabriquant à proposer des ailes toujours plus grandes, ou toujours plus puissantes .. et au final, sur les plans d'eau, on observe beaucoup de pratiquants qui se battent avec leur matériel pour arriver à le contrôler.

Souvent, il vaut mieux céder un peu de terrain pour le décollage, pour être serain et prendre du plaisir en vol. Que ce soit dans les réglages, ou dans le choix du matériel, ne soyez pas extrêmes ... privilégiez le plaisir : c'est pour cela que l'on est tous sur l'eau.

Ce post vous a paru intéressant ou utile ? Retournez l'ascenseur en soutenant nos actions de développement du Windfoil

#WindFoil Posted in: Windfoil