Test de l'aile Alpinefoil ULW 1200

Swipe to the left
Test de l'aile Alpinefoil ULW 1200
21 juillet 2019 170 Views

Ce WE, à l’occasion de la journée test Alpinefoil à Serre Ponçon, nous avons enfin eu l’occasion de tester la nouvelle aile ULW 1200, qui vient compléter la gamme des ailes Windfoil Alpine.

Pour rappel, la gamme est désormais constituée de 

  • ULW 1200 (Ultra Light wind et / ou  gros gabarits)
  • ULW 900 (Polyvalente)
  • RLW 700 (Glisse et vitesse au dessus de 12-14 ont de vent)

alpine ULW 1200 Wing

Conditions du test

Pour le test, nous avons monté la ULW 1200 sur un A1 Carbone avec le nouveau fuselage 2019. Le test a été fait dans un vent oscillant entre 6 et 15 knt, sur 2 flotteurs (proto Tiaki 90 et Starboard Foil 144) et des voiles entre 8 et 9m2

alpine ULW 1200 Wing

Lors de ce test, nous devions répondre à 2 questions

  • La 1200 permet elle de naviguer avec moins de vent que la 900 ?
  • Comment se comporte t elle dans le vent ?

Sur l'eau

Décollage

Côté départ en vol, la réponse est oui dans 90% des cas. Dans l’absolu, un rideur léger et ultra tonique ne partira pas plus tôt mais pour tous les autres, ça rend le départ d'une part plus précoce et surtout beaucoup moins physique et plus facile.

Pour être précis : un rider ultra dynamique, léger et utilisant des petites voiles ne va pas y gagner tant que ça car il a la capacité à exploiter la petite différence de glisse à son avantage. Par contre, pour ceux qui veulent s’arracher un peu moins au pumping, pour ceux qui sont lourds, pour eux qui utilisent un gréement un peu lourd (voiles au dessus de 8m2), ou enfin ceux qui veulent sous toiler sans s'épuiser au pumping .... tous ceux là vont y gagner très nettement

Avec la ULW 900, il faut générer de la vitesse de déplacement pour faire accrocher l’aile. Ceci demande soit un peu de vent, soit de la technique et du physique. Sinon, on a un phénomène (les propriétaires de 900 cherchant à naviguer dans de l'ultra léger vont comprendre de quoi je parle) où le foil décolle pendant le mouvement de pumping si il est ample, puis retombe une fois le mouvement terminé. 

Avec la ULW 1200, on peut passer à des mouvements de pumping de plus petite amplitude, par exemple en jouant juste sur le flex de la tête de mat, et à chaque mouvement, on gagne de la vitesse sans perdre le bénéfice du mouvement précédent. Du coup, même avec un pumping moins efficace, on s’épuise moins et on part plus vite. 

Une fois en l’air, on peut voler à plus basse vitesse sans retomber. Cela veut dire que si on n’a pas la puissance (vent) ou le physique et la tonicité pour faire accélérer la planche, on peut rester en l’air et cruiser à petite vitesse en gardant même de l’appui pour remonter au vent (ou ne pas descendre) .. et cela fonctionne même avec une planche ou un gréement un peu lourd (testé en 9m2 pour vérifier !)

Au jibe

Au jibe, la 1200 porte tellement, que le jibe est encore facilité : même si on perd beaucoup de vitesse, on arrive à rester en l’air et à relancer sans toucher. La différence est très significative en comparaison de la 900. Je précise que cette facilité au jibe dépend aussi beaucoup du réglage de l'ensembme foil / board pour que l'ensemble soit équilibré (ce n'était pas le cas en standard sur nos 2 flotteurs lors du test, où nous étions un peu trop pied arrière). Il faudra donc prendre le temps de bien choisir la cale de stab, et la position des straps pour que le vol soit très équilibré. Personnellement, je privilégie même un équilibre légèrement pied avant pour pouvoir sortir le pied du stap au jibe en gardant de la hauteur.

Comparaison de shape entre les ULW 900 et 1200 :

alpine ULW 1200 Wing

Tenue en vol

Côté vol et tenue, on ne ressent pas de trainée significativement supérieure à la 900. C’est ce qui nous a le plus surpris. Bien sûr, on reste sur un programme freeride, et cette UMW 1200 assume parfaitement le fait d’avoir une glisse inférieure à une aile de race (comparée à la Starboard millenium et la Phantom R 1000), mais elle n’est pas ridicule. 

Dans les rafales (testée jusqu’à environ 15-16 knt en 9m), elle se tient et reste seine sans montée ingérable. Dans une optique freeride - free race, elle reste ainsiparfaitement dans la course même si on sort du programme light wind. Il faudra juste adapter la toile. Techniquement, elle fait donc sans aucun problème la jonction avec la RLW 700, destinée aux conditions plus soutenues .. avec même un très confortable recouvrement. 

Comparaison

Alpine n'est pas la première marque à proposer une aile à corde large et de très grande surface pour optimiser le vol dans le vent léger. Par contre, dans le créneau Freeride perf, c'est la seule marque avec loke et sa 1000 à proposer une aile qui garde une glisse très proche de l'aile du dessous (850 chez Loke et 900 chez Alpine). Côté alpine, on se paye même le luxe d'avoir une tenue dans le vent presque silmilaire. 

En comparaison avec des modèles comme la GA Mach1, Starboard Supercruiser, Taaroa NOE. 80 ou autre NP Glide, Alpine va proposer une orientation un peu plus perf (rapide), avec un côté moins joueur, mais plus puissant et plus stable sur tous les axes.

Bilan

Commercialement, cette ULW 1200 va certainement devenir un pivot de la gamme, et Alpine va dors et déjà la proposer en première monte sur ses A1 alu et Carbone.

En terme de tarif, le A1 Alu équipé en standard avec la ULW 1200 sortira à 1498€ par exemple (contre 1299€ avec la 900). L'aile ULW 1200 seule est proposée à 639€. De notre côté, on conseillera le pack A1 ULW 1200 + RLW 700 pour une plage d’utilisation maximale.

Ce post vous a paru intéressant ou utile ? Retournez l'ascenseur en soutenant nos actions de développement du Windfoil