Printemps du foil 2017 - Compte rendu

Swipe to the left
Printemps du foil 2017 - Compte rendu
2 mai 2017 7346 Views No comments

À l'occasion du printemps du Foil , nous avons eu l'occasion de peaufiner pas mal de tests matériels. Ce type de journée est juste parfaite pour faire des essais croisés Foil + Board, et de confronter plusieurs modèle dans les mêmes conditions, avec l’avis de plusieurs riders.

Lieu : Port St Louis

Conditions du test :

  • 1er jour light entre 8 et 15 knt, navigation en 7m2
  • 2e jour vent très irrégulier entre 10 et 25 knt


Les foils aluminium

Commençons par une comparaison entre les 3 foils aluminium que nous avions à disposition : Neil Pryde RS:FLIGHT AL, ZEEKO ailes FR, Manta Foil. Nous aurions voulu également intégrer le H10 de chez Horue mais celui ci n’était pas encore disponible.

Décollage

Peu de différence notable entre les 3 foils alu dans le light. Le vent irrégulier n’a pas permis de les départager quand à leur faculté à décoller. Subjectivement, petit avantage au NP pour son décollage légèrement plus précoce et son passage dans les molles. Par contre, les Zeeko et Manta prennent l’avantage côté sensation de glisse dans le très light, sans que la différence de vitesse ne soit visible.

Cap et vitesse

Grâce à son mat plus large et plus rigide, le NP fait mouche au cap. Avec le Zeeko, ce sont les 2 plus faciles à mettre à la contre gîte. Le NP offre aussi une stabilité supérieure quand le vent et la vitesse deviennent plus soutenus. Le zeeko, plus réactif que le NeilPryde, prend l’avantage en vitesse dans ces conditions, tandis que le Manta souffre par l’excès de souplesse du mat. Il devient moins sécurisant avec des instabilités latérales, et de vives réactions longitudinales.

A vitesse soutenue, le Zeeko et le Manta deviennent très porteurs avec un appui jambe avant marqué. Le NeilPryde reste, quant à lui, le plus facile à gérer dans le vent. Zeeko propose un deuxième jeu d’aile pour ses conditions, alors que cette option n’est pas disponible NP (et probablement pas nécessaire).

Equilibre

En terme d’équilibre, les Manta et Zeeko sont plutôt pied avant, ce qui favorise l’appui sur le gréement pour remonter au vent, mais peut devenir plus délicat dans le vent. Le NeilPryde est plus pied arrière, ce qui favorise la facilité dans le vent, et l’accessibilité pour le windsurfeur habitué à se pencher en arrière. Dans tous les cas, ce caractère peut être modulé en déplaçant les straps sur la planche ou en modifiant les calages de stab.

Synthèse

La synthèse de ce test des foils aluminium nous donne un foil NeilPryde surprenant par sa plage d’utilisation énorme, une accessibilité de premier plan et des performances homogènes. Le Zeeko, plus vif et un peu plus technique, offre un potentiel de vitesse supérieur, grâce à 2 jeux d’ailes pour adresser la plage de vent. Le Manta, dont le mat est beaucoup plus souple, est sensitif dans le light, mais devient rapidement plus technique que les 2 autres quand le vent monte.

Combo NeilPryde

Ce printemps du foil a été l’occasion pour la première fois de tester le combo NeilPryde complet avec la JP hydrofoil 135 pro édition, le RS:Flight F4 et la voile RS:FLIGHT

Disons le tout de suite : cet ensemble très équilibré et homogène a fait l’unanimité des habitués du windfoil. Le foil est un poil plus accessible que la version F4 originale grâce à une meilleur stabilité. On garde la même glisse unique et la même qualité de rigidité extrême du mat, gage de performance au cap et dans le vent. Le flotteur offre juste ce qu’il faut de largeur pour pouvoir exploiter la puissance du foil.

Même si l’ensemble est utilisable dans le vent léger par un winfoileur de niveau moyen, seuls des pratiquants très expérimentés pourront tirer parti de ce produit exceptionnel dans le vent, notamment pour arriver à stabiliser le foil en bordant dans les risées.

RS:Flight en 7m2

Gréé cette sur un mat Reptile Green-Mamba 100% 430, la voile nous est apparu beaucoup moins physique et raide que lors de notre essai à la Ciotat. Je rappelle que lors du premier test, nous avions utilisé un FLX100 460. L’option du 430 est donc parfaitement justifiés pour les gabarits de moins de 85kg.

Comme toujours, NeilPryde nous offre une voile extrêmement dynamique, qui fait fureur au pumping dans le vent léger. La puissance ainsi générée dans le vent léger, ne se fait pas au détriment de la tenue dans les rafales, contrairement à la voile que j'utilise habituellement en windfoil.

Contrairement aux voiles de slalom classique, la RS:FLIGHT a la capacité à être peu étarquée au guindant pour naviguer avec du creux et une chute plus tendue. Elle ne devient pas pour autant camion.

Avec un mat très dynamique (GM100, TPX100, SPX95), c'est un combo parfait pour le vent léger, car même si la voile est bien plus lourde et puissante que la V8, elle reste agréable pour quelqu'un d'un peu entraîné.

Nuançons tout de même ce dernier point : si la RS:FLIGHT est plus souple et plus légère qu’une voile de slalom, cela reste un produit réservé à des windsurfeurs techniques et entrainés.

Ketos windfoil 2017

Après un rapide aperçu il y a un mois, nous avons enfin pu passer un peu plus de temps sur le nouveau Ketos.

On confirme l’énorme progrès par rapport à la version 2016.

Les problèmes de départ à la gîte sont réglés, même s'il reste une petite instabilité en lacet.

Le décollage est un peu laborieux par rapport à la concurrence. L’aile ayant pourtant une portance importante, on met ceci sur le compte du calage du foil vs le flotteur.

Lors des touchettes ou lorsque rail effleure l’eau au gibe, le flotteur ’suce’ et ralenti anormalement. C’est un comportement que nous n’avions pas avec les NP, Loke, Manta, Horue sur le même flotteur. Ceci accrédite notre analyse concernant le calage du mat dans le boitier.

Dans le vent, la portance de l’aile devient vite trop importante et nécessitera de descendre sur un modèle plus petit pour rester en sécurité.

Côté équilibre, le Ketos est très pied arrière. Ceci a beaucoup plût aux débutants windfoil car ils ont trouvé ce comportement rassurant et pas trop éloigné de leur habitudes en windsurf

AHD AFS2

Après un premier test un peu mitigé lors du national à Martigues, nous voulions en savoir plus sur l’AFS2 de AHD. En suivant les conseils de Renaud, nous avons cette fois monté le foil sur un prototype de flotteur 100% windfoil Sun7. Le flotteur est beaucoup plus court et plus large à l’arrière.

Dans cette configuration, le foil change de visage et le côté bloqué en longitudinal s’estompe au profit de plus de vivacité. L’appui pied avant dans le vent devient également moins marqué avec l’aile de 700.

Côté équilibre, stabilité et sensation, on se rapproche beaucoup du LokeFoil. On a l’accessibilité offerte par la grosse stabilité longitudinale, le côté sein d’un mat relativement raide. La glisse est toutefois meilleure que celle du Loke Envol. Par contre, le décollage est un peu moins rapide.

Comme avec le foil breton, la grosse stabilité longitudinale simplifie énormément l’apprentissage du Jibe.

Au final un test concluant et un foil très plaisant à utiliser, offrant accessibilité et bonnes performances. Cette expérience montre, une fois de plus, que le flotteur a une vraie influence sur le comportement du foil ! Encore faut il trouver le bon mariage …

Flotteurs TIAKI

Lors de ce printemps du foil, la plupart des tests ont été fait à l'aide des flotteurs prêtés par "TIAKI Custom Shape" (en plus de la Sun7, les Horue Slant et Tiny, la Papenoo et la JP Hydrofoil). Ces flotteurs spécifiques de 110 à 130L ont prouvés leur capacité à s'adapter à de nombreux foils grâce à leur shape étudié et aux réglages possibles. Les utilisateurs ont appréciés leur accessibilité et leur confort (répartition de volume, glisse, touchettes, position des straps).

Conclusions

Au final, ces journées de test ont confirmé que

  • le mariage foil / flotteur est un élément capital dans le plaisir ressenti, et dans le comportement du foil
  • les foils alu, tout récents, sont capables de détrôner bon nombre de foil carbone des années précédentes
  • un foil plutôt équilibré pied arrière est plus rassurant dans le vent, alors qu’un foil équilibré plus pied avant (raisonnablement) facilite la remonté au vent dans le light, mais demande un peu plus d’habitude . Le déplacement des straps ou du foil permet d’adapter le comportement. Un réglage de position de l’aile (RSX), du mat (Zeeko), ou des ailes gros temps offrant un centre poussée plus reculés (Horue) sont des solutions pour adapter le foil aux conditions
  • un manque de standardisation des boitiers tuttle, de la taille et de l’axe des vis, du calage des talons nécessite de bien préparer l’ajustement pour ne pas faire ça à l’arrache sur le spot.

Ce post vous a paru intéressant ou utile ? Retournez l'ascenseur en soutenant nos actions de développement du Windfoil