Freeride - le Japon mode d'emploi

Swipe to the left
Freeride - le Japon mode d'emploi
19 mars 2019 1 Views

Le ski

Le ski au Japon se pratique essentiellement dans l'ile d'Hokkaido. Située au Nord du pays, cette province est la plus froide et donc la plus propice à une neige légère et sêche. De la très cosmopolite Niseko à des domaines retiré comme Tokachidake, il y en a pour tous les gouts.

Au Japon, les stations de ski attirent beaucoup d'étrangers (Australiens notamment). Elles sont assez basses en altitude (ski entre 500 et 1500m en général) et souvent équipées avec peu de remontées mécaniques, optimisées pour offrir de grands domaines de ski hors piste.

Les forfaits y sont assez onéreux ... notamment à la journée (compter 45eur , quelque fois pour 1 unique remontée mécanique), mais il y a pas mal de formules 4h, ou à la montée (15eur environ). Le ski de nuit (jusqu'à 21h en général) y est très développé, tout comme le ski de bosse qui a presque disparu en France.

Niseko

Globalement, le niveau de ski est très bon au Japon : les japonais sont passionnés de technique et cela se voit. Sur les domaines japonais, le snowboard est très développé également (bien plus qu'en Europe), et 70% des locaux pratiquant le hors piste le font en Snowboard (avec raquettes dans le sac).

Compte tenu de la physionomie des domaines, et de l'équipement des stations, la free-rondo est la solution reine au Japon pour exploiter un maximum de possibilités. Nous vous conseillons très fortement de faire appel à un guide pour vous permettre de sortir des sentiers battus sans galèrer. Les possibilités sont tout à fait exceptionnelles au Japon, et ce serait frustrant de passer à côté, juste parque que vous n'êtes pas en mesure d'analyser le terrain (c'est un métier).

Attention : le hors piste est très réglementé dans les stations japonaises. Compte tenu de la rectitude de comportement des Japonais, il est très très mal vu (et fortement déconseillé) de ne pas respecter les consignes et interdictions. Tous les accès hors piste doivent notamment se faire via les "Gates" et nous vous déconseillons de faire autrement, ou de franchir une Gate fermée (elles ferment entre 14h et 15h généralement).

Niseko

Région de Niseko

Niseko : Annupuri, Grand Hirafou, Hanazono

Niseko est certainement la station la plus connue du Japon, très fréquentée par les Australiens. C'est un domaine très bien équipé en remontées mécaniques, avec de nombreux hors piste très accessibles sans marcher. La contre partie, c'est une fréquentation la plus importante d'Hokkaido.
Les 3 parties de Niseko : Annupuri, Grand Hirafou, Hanazono sont reliées entre elles, mais seul le forfait le plus cher permet de skier sur les 3 parties. Si les conditions de poudreuse sont au rendez vous, Niseko est la station idéale pour manger du dénivelé en marchant très peu.

Niseko

Niseko

Niseko : Moiwa

Cette station de Niseko est à part des 3 autres. Elle a son propre forfait qui n'est pas commun à Annupuri, même si physiquement, il est possible de passer de l'une à l'autre. Du fait de sa séparation, Moiwa est beaucoup moins fréquentée, mais c'est finalement celle que nous avons préférée sur place tant les possibilités sont énormes, pour ceux qui acceptent de partir à l'aventure.

Niseko : Chisenpuri (station désaffectée)

Chisenpuri est une ancienne station, qui n'est aujourd'hui plus exploitée officiellement. Dans les faits, elle accueille une activité de catskiing (possibilité assez limitées) , et un centre de formation des chasseurs alpin japonais. En dehors de ceci, le terrain est très vaste et juste parfait pour la randonnée. Un must pour ne pas être dérangé ... un petit air de seul au monde, avec un sommet qui permet de voir en même temps l'océan et la mer du Japon. Magique !

Niseko

Niseko

Niseko

Niseko

Niseko : Mont Yotei

Le Yotei est un volcan culminant à 1898m. Il propose une ascension en ski de rando (1500m de dénivelé) pour un panorama de fou. Compte tenu de l'altitude et des vents, le haut est très rarement agréable à skier (neige dure et plaquée), mais la partie basse dans la forêt peut être excellente. A faire essentiellement pour le panorama unique et une ascension sportive.

Niseko


Région de Furano

Grand Furano

A 2h de Saporo, Furano est une station assez bien équipée en remontées mécaniques. Le domaine accessible en freeride par gravité est immense  ... et plus encore avec des peaux dans le sac. Si les conditions sont au rendez vous, il y a de quoi faire ... au moins autant que sur Niseko. La ville, en revanche, ne paye pas de mine.

Niseko

Niseko

Niseko

Ragion Furano : Tokachidake

Tokachidake est un domaine particulièrement adapté au ski free-rando à 45mn de furano. Bien sûr pas de remontées mécaniques ni cat. Là, on est das le parc national du Daisetsuzan, donc place à la nature dans sa forme la plus sauvage.
Par rapport à Furano, Tokachidake offre un visage plus alpin avec un relief plus marqué et des pentes plus prononcées. Pour les forts skieurs, c'est l'une des zones au Japon où on peut vraiment skier de la pente et des zones plus engagées.
Le départ se fait en général depuis le Onsen (Tokachi Kakeonsen). Au Sud de la rivière, on accède à la zone la plus alpine (en direction du Mt Furano). Au nord, vers le Mont Tokachi, on aura des zones plus vallonnées avec des fumeroles volcaniques.

Niseko

Niseko

Niseko

Ragion Furano : Asahidake

A 1h de furano, la station de Asahidake propose une unique remontée mécanique (téléphérique), et un domaine assez vaste accessible par gravité. La particularité de cette station est son altitude : 1600m en haut du téléphérique, 1100 au départ. C'est donc une option intéressante en cas de redoux. Attention toutefois au vent qui provoque rapidement la fermeture de l'installation.
En terme de ski, il y en a pour tous les gouts : du vallonné très accessible sous le télécabine, a des couloirs pentus sur la partie Sud de la station.
A noter que le télécabine s'arrête à 1600m d'altitude, mais que le mont Asahidake culmine à 2200m ... de quoi s'aventurer un peu plus haut avec des peaux. Au passage, à quelques 100aine de mètres de la gare d'arrivée du télécabine (en montant au pied du mont Asahidake), vous pourrez observer de près des fumeroles volcaniques très actives !

Niseko

Niseko

Niseko


La nourriture

Côté nourriture, le Japon peut surprendre. Si l'on exclue les spécialités américaines que l'on retrouve dans les stations (invasion Australienne oblige), la nourriture est essentiellement basée sur le riz et le soja, proposés à toutes les sauces, et agrémentés de légumes, de viandes et de poisson.
Oubliez le fromage, et le gras, ce n'est pas à Hokkaido que vous prendrez du poids ! Ici, tout (ou presque) est cuit dans des bouillons.
Petit dictionnaire des plats typiques
- Tepaniaki (rare mais excellent) : cuisine à la Plancha devant vos yeux ... très bon et spectaculaire

Niseko

- Ramen : soupe de pâtes de riz ou de blé, servi souvent avec des légumes (oignons, champignons) et du boeuf ou du porc.

Niseko

- Hot Pot (ou Shabu-shabu) : on vous amène à table un faitout sur un réchaud, avec un bouillon. Vous y faites cuire à votre guise des légumes (chamignons, salade, choux, carottes), du tofou , et souvent une viande (fines tranches de boeuf) ou un poisson (saumon). C'est très convivial !

Niseko

- Tempura : Les tempura sont des beignets frits de légumes et de fruits de mer très savoureux, légers et très digestes. C’est une des rares fritures qui soit très légère en calorie.

Niseko

- Sushi : pas besoin de les présenter :)
- Sake : l'alcool de riz local (autour de 25°) dont les prix peuvent s'envoler même si on a du mal à comprendre pourquoi.

Précisons que l'une des spécialités de la province d'Hokkaido est le boeuf éponyme. Cette viande très tendre est réputée dabs le monde entier, mais il faut accepter de dépenser plus de 60€ pour un steak !  

En dehors des restaurants, vous risquez d'être un peu désorienté dans les mini-supermarché d'Hokkaido. Hormis les produits purement américains (sodas en tout genre, beurre de cacahuete etc.), tout tourne autour de produits difficilement reconnaissables et affublés d'étiquettes en japonais. On reconnait pas mal de variété de poisson séché, des produits fermentés (soja, beurre, lait etc.), des algues et tout genre, mais très peu de fruits par exemple.
Pour les pic nic sur les pistes, les maki (roulaux) et onigri (triange de riz enrobés de feuille d'algue) sont faciles à transporter et nourrissants.

Les Onsen

Niseko

Après la journée de ski, quoi de plus agréable qu'un bain chaud dans un Onsen. Prendre un bain à plus de 40° met visiblement de bonne humeur les Nippons. En famille, en couple ou entre amis, les femmes d’un côté, les hommes de l’autre, vous pouvez vous adonner à cette délassante et délicieuse immersion sans retenue et en toute nudité (maillot interdit). Ne pas faire l'expérience des bains publics au Japon, c’est passer à côté d’un essentiel collectif.

Niseko

Il faut savoir qu’au Japon, les sources thermales ne servent pas à se laver : pour entrer dans les eaux chaudes claires ou sulfureuses, il faut être propre comme un sou neuf. Il est donc impératif de se doucher avant d'y pénétrer !
Perdues dans les montagnes les sources thermales chaudes jaillissent dans toutes les régions du Japon. Il y en aurait 3 084 recensé officiellement.
Tarif : entre 6 et 10eur (si vous apportez votre propre serviette) sans limite de temps ... mais vous serez cuit à point si vous y passer plus de 45mn ! En général, un Onsen se fini par une petite sieste dans les salles de repos mises à disposition.

Niseko

Transport

Le japon étant très vaste, l'avion reste le plus simple pour se rendre à Hokkaido depuis Tokyo. Depuis la France, nous avons fait Marsielle > Frankfort > Tokyo > Saporo.

Pour le matériel, bien préparer des sacs de moins de 23kg. Pour limiter les risques en cas de perte de bagages, on vous conseille de mettre dans votre bagage cabine vos chaussures de ski, un pantalon de ski, des gants, et de voyager avec votre veste de ski. Cela vous évitera de perdre 4 jours de ski si vos bagages prenaient un chemin détourné.

Il est également important de signaler lors de l'enregistrement des bagages la présence de sac Airbag, en présentant la fiche technique et la réglementation IATA (documents à télécharger sur le site intrenet de la marque du Sac ABS).

Sur place, la location de véhicule fonctionne bien mais il faut s'y prendre très à l'avance ... les japonais adorent la paperasse. Il faut, entre autre, faire traduire le permis Français en japonais pour pouvoir conduire là bas. Cette opération prend un peu de temps, mais est en générale gérée par le loueur de voiture. Si vous voyagez en groupe, on ne saurait que vous conseiller la location d'un Toyota HIACE 4x4 avec pneus neige... rapport encombrement / volume intérieur imbattable pour 6 personnes + skis et bagages.

Pension

Sur Niseko : Black Diamond Lodge ou pension BANF
Sur Furano : Hotel Natulux

Posted in: Ski