Comparatif skis all-mountain 2019-2020

Swipe to the left
Comparatif skis all-mountain 2019-2020
3 février 2019 26 Views

Catégorie reine des ventes, les skis dit "all mountain" sont au ski ce que le tout-chemin est au vélo. A mi chemin entre skis de piste et skis de hors piste, ces skis nous promettent des capacités optimales sur tous les terrains. Mais qu'en est il vraiment ?
A l'occasion des ski-test multi-marque 2019, les conditions de neige (5-10cm de neige fraiche posée sur un fond de neige dure et verglacée) nous paraissaient parfaites pour faire un état des lieux en ce début Janvier.


Ce que l'on cherche ?

Pour un ski "polyvalent", on cherche un ski qui offre un bon comportement à la fois sur les bords de piste dans la fraiche, que sur la piste plus dure. On évalue donc d'un côté la facilité et le plaisir apporté par ces skis dans la neige molle, et d'un autre côté leur capacité à skier sur neige dure, que ce soit en carving (virage coupé) ou en mode plus traditionnel (conduite glissée / dérapé)

Les limites de la catégorie ?

Qui dit polyvalent, dit aussi non spécialisé. Nous avons donc comparé ces skis à des skis pur poudre ou pur piste pour savoir ce qu'ils avaient de moins que leurs homologues plus pointus.

Par rapport à un ski pur poudre : un ski de poudre moderne permet de skier tibia dans les languettes avec une incroyable maniabilité, facilité et contrôle dans la poudre. Avec un 90 au patin, on devra rester en arrière pour ne pas enfourner ... à moins d'aller à mach 2. Coté maniabilité, cette position plus arrière a un effet immédiat : ça va tout droit à moins d'avoir un gros mouvement de jeu vertical. Si vous espérez skier en forêt, il va falloir un peu de niveau et une bonne condition physique ! Côté contrôle, là aussi, le fait que les skis all-mountain restent un peu plus "au fond", il faut être beaucoup plus attentif car on se fait facilement bousculer par les mouvements de terrain ou tout ce qui est caché sous la surface. Bilan : le plaisir en prend un sacré coup. Alors, même si c'est faisable avec un 90 au patin (après tout, on le faisait aussi avec des skis droits d'anta), on évitera ce type de ski pour du vrai hors piste, et on se contentera de neige fraiche sur un fond dur et si possible damé.

Par rapport à des skis de piste ? Sur ce point, les tests ont montré que c'est très inégal : si certains se rapprochent du comportement d'un bon ski de piste, d'autres nécessitent beaucoup de tolérance ou d'aménagement de la part du skieur.


Conditions du test

5-10 cm de neige fraiche sur fond dur et partiellement verglacé. Piste légèrement bosselée.
Gabarit du testeur : 1m80 / 78 kg


Blizzard Brahma en 187

Dès les premiers mètres, le Blizzard dégage une sensation de confiance. Sur la piste, on admire le très joli travail de la structure sur toute la longueur. De tous les skis comparés, c'est de loin celui qui s'en sort le mieux sur la conduite coupé. Que ce soit en terme d'accroche, et de conduite, c'est presque un sans faute. A plus basse vitesse, le Brahma reste rassurant dans cette grande taille et finalement assez maniable. Il demande plus de physique que des skis comme le Dynastar ou le Head, mais c'est celui avec lequel on est le plus en confiance, même dans les zones bosselées.
Dans la petite poudreuse, le Blizzard demande de laisser filer. Ce n'est pas le plus à l'aise sur les enchaînements de petits virages, mais on se fait moins surprendre que beaucoup sur les mouvements de terrain.

Fischer Ranger 92 Ti en 178

Ce nouveau ski dans la gamme ficher nous a fait de l'oeil, compte tenu des excellents souvenirs que nous avions de son grand frère (le 98 Ti)
Sur piste, et compte tenu des grands rockers du Ranger, le 178cm est clairement beaucoup trop court pour mon gabarit. J'ai l'impression de skier avec des patinettes ! Du coup, la conduite de courbe à vitesse soutenue en prend un coup, mais reste pourtant dans la course. On est un ton en dessous du Brahma, mais on imagine qu'il fera bien le job dans une taille supérieure. Un bon point : malgré un rocker avant très long, le ski ne vibre pas exagérément comme certains autres.
Sur le dur, on a un ski très solide sous le pied, qui rassure par une accroche puissante très centrée sous le pied. Cela lui donne un caractère pivotant et donc très maniable à basse vitesse. Par contre, il marque le pas en terme de confort dans les zones bosselées.
Dans la poudreuse, c'est le plus à l'aise de tout notre test, avec de la tolérance et de la maniabilité à défaut de légèreté.

Volkl Kendo 92

Avec le Kendo, on rentre dans une catégorie de skis plus légers et plus tendres que les Blizzard et Fischer. Le comportement est moins "moderne" au sens ou l'effet de spatule est moins marqué que les 2 sus-cités. En mode carving, il est moins accrocheur sur le dur, et la conduite est moins bonne, mais reste très honnête. Par contre, le Kendo est équilibré et agréable à plus petite vitesse en mode virage traditionnel (dérapé). Il pivote facilement et offre de la tolérance et du confort.
Dans la neige fraiche, le kendo manque un peu de portance, et n'est pas le plus maniable. Par contre, sa relative légèreté sauve la mise.

vokl kendo 2019

Experience 94 Ti

Avec l'expérience aux pieds, on a un ski de 94 au patin (le plus large de notre test), qui nous a paru le moins agréable dans la neige fraiche à cause d'une sensation de raideur et d'inertie. Sans déceler un défaut évident, c'est plus l'adéquation des différents éléments de comportement que nous n'avons pas compris.
C'est un ski solide sur le dur, au sens lourd et posé, mais avec une accroche et une conduite de courbe peu convaincante (manque d'affûtage ou mauvaise préparation ?). A grande vitesse, il ne rassure pas et la spatule vibre.
A basse vitesse, le ski test un peu trop encombrant pour convaincre un skieur loisir. L'inertie se fait trop sentir. C'est peut être nous, mais nous n'avons pas trouvé le mode d'emploi pour prendre vraiment du plaisir avec ce ski dans les onditions du test. Nous lui avions préféré le modèle en 84 au patin, qui, à défaut d'avoir un comprtement hors piste convaiquant, nous avait paru plus équilibré sur piste. 

Head Kore 93

En passant sur Head après le rossignol, c'est un peu le jour et la nuit. On a cette fois un ski tout léger aux pied et très maniable. A petite vitesse, c'est facile et confortable. L'accroche est un peu légère mais comme elle est assez centrée, cela donne un pivotement facile.
En mode carving, les choses se gâtent car le ski manque visiblement de raideur en torsion. La conduite est en retrait, et sur les passage de neige tendue, on lève très vite le pied par manque de confiance. Sur ce point, la différence avec le Brahma et le Ranger est évidente.
Dans la neige fraiche en bord de piste, le Kore est agréable et rassurant. C'est un bon compromis offrant du confort, et une maniabilité correcte (en retrait par rapport au Ficher par exemple, mais plus confortable)

Dynastar Legend 88 en 186

Le dernier ski de notre test est aussi le plus étroit. Heureusement, nous avons réussi à l'avoir en 1m86
De tous les skis testé ce jour là, le Legend nous a donné le feeling le plus doux et léger. C'est un ski qui cible clairement des pratiquants de petit niveau, plutôt adeptes d'un ski à basse vitesse et petit virage.
Le legend manque cruellement d'accroche sur une neige tendue. La conduite de courbe est trop hasardeuse pour que l'on puisse le conseiller aux adeptes du carving. On évitera évidemment de skier vite, sauf si on veut se faire des frayeurs.
Par contre, même dans les bosses, le Legend est confortable et peu encombrant. Ce n'est donc pas un ski que l'on conseillera aux très bon skieurs, mais on sait qu'il plaira à des pratiquants plus occasionels qui cherchent avant tout le confortn et qui ne sortent que lorsque les conditions de neige sont plutôt bonnes.

Dynastar Legend 88

#2019, #Test Posted in: SkiAutre