Bootfitting - techniques

Swipe to the left
14 octobre 2012 9135 Views

En matière de bootfitting, le nombre de techniques existantes est très vaste. Bien évidemment, il n'y a pas une meilleure solution qu'une autre, mais souvent plusieurs techniques qui peuvent être complémentaires, et qui surtout vont s'adresser à des problématiques différentes. Chez GlissAttitude, nous employons toutes ces techniques, mais surtout notre expérience nous permet de décider dans chaque cas, quelle technique sera la plus pertinente pour obtenir un résultat efficace, tout en restant le plus économique possible.

La semelle thermoformée

Le semelle utilisée dans la chaussure de ski est une semelle en résine thermofusible relativement rigide, formée à partir d’une empreinte du pied du skieur. En fonction de la morphologie du pied, et des besoins relevés lors de l’analyse du pied, elle comportera plus ou moins de renforts. Son rôle est

  • d’apporter une meilleure répartition des pressions plantaires
  • de limiter les mouvements parasites du pied dans la chaussure
  • d’améliorer la propriosception par augmentation de la surface de contact avec le fond de coque

Le chausson thermoformable standard

La marjorité des chaussures du marché comporte aujourd'hui un chausson dit 'thermoformable'. Derrière ce terme se cache une technologie qui permet, par chauffage, d’accélérer le processus de tassement des mousses au niveau des zones osseuses saillantes du pied. Cette technologie permet donc d’accélérer l’adaptation naturelle du chausson au pied. Pour faire simple, disons que cette opération, qui prend une 20aine de minutes, permet d'éviter une partie des désagréements d'une chaussure neuve lors des premiers jours de ski. Bien évidemment, le thermoformage n’influe pas sur la tenue du pied puisque les mousses ne peuvent pas s’expenser pour limiter les mouvements du pied.

Le chausson thermoformable intégral

A l’inverse du chausson thermoformé standard, les thermo intégraux (Conformable et Intuitive) sont des chaussons à mousse dense qui vont réellement réaliser une empreinte du pied (faces latérales essentiellement) sous l’action de la chaleur. Ils participent légèrement à la stabilité du pied grâce à la densité élevé de la mousse et une petite capacité d’expension lors de la chauffe. Ils apportent par ailleurs une excellente isolation thermique. On retrouve souvent ce type de chausson dans les chaussures de randonnée où le problème de tenue est critique si l'on veut éviter les ampoules en marchant.

Le chausson injecté

Ce chausson est mis en oeuvre par injection de mousse polyuréthane entre 2 enveloppes souples. La mousse, en venant combler intégralement l’espace vide entre la coque et le pied, offre une réparition de pression parfaitement homogène autour du pied. Le chausson injecté offre donc actuellement ce qui se fait le mieux en terme de maintien du pied, mais il ne peux pourtant pas corriger un choix de coque qui serait totalement raté. Contrairement à ce que l’on a connu par le passé, les chaussons injecté modernes offrent un excellent confort grâce à des mousses moins denses et plus élastiques. Par ailleur, soulignons que le chausson injecté offre l'avantage d'avoir une mousse très résistante dans le temps, et par le fait très adaptée aux skieurs intensifs (guides, moniteurs, pisteurs). On peut considérer que le tassement de la mousse intervient sur une période entre 5 et 10 fois plus longue qu'avec un chausson traditionnel.

La déformation de coque

La coque étant choisie pour respecter au mieux la forme du pied dans son ensemble, il est toutefois possible de déformer certaines zone de la chaussure pour se conformer aux ‘accidents’ du pied (zones osseuses saillantes, appuis douloureux, zones sensibles). La déformation n’est pas possible sur les zones de coup de pied et de collier. Ce sont donc des zones où le choix de la coque est primmordial. La déformation ne permet que de gagner de la place dans la chaussure. Elle ne permet pas de combler des zones vides ou de compenser un manque de tenue. Encore une fois, c'est une des raisons qui expliquent pourquoi le choix d'une chaussure trop grande est une grossière erreur.

Le fraisage de la coque

Comme la déformation, le fraisage permet de faire de la place dans la chaussure pour enlever de l’appui sur des zones saillantes osseuses qui seraient douloureuses. Le fraisage se réalise essentiellement dans les chaussures courses adulte qui sont épaisses et difficiles à déformer à chaud. C'est aussi une opération plus précise que la déformation et plus adaptée à des os saillants de petites taille.

Le Calage HTP

Le calage consiste à insérer des éléments de mousse compacte thermoformable entre le chausson et la coque pour compenser des manques d’appuis localisés dans la chaussure. Ceci permet par exemple d’augmenter l’appui sur les côtés du talon (meilleur blocage d’un talon trop fin) , ou d’apporter un appui dans le but de libérer la pression sur une zone adjacente.

La technologie FISHER VACUUM

La technologie Vacuum Fisher est basée sur la déformation à chaud de l’ensemble de la coque (sauf le chassis). Ceci permet de réaliser une adaptation de l’intégralité de la chaussure à la morphologie du pied, en optimisant ainsi en même temps le confort, la tenue, et la précision de conduite. Cette technologie repose sur l’utilisation d’un thermoplastique qui n’est pas un PU comme toutes les autres chaussures. Il présente l’avantage d’être parfaitement stable une fois refroidis, alors qu’un PU revient partiellement en place même après une déformation à chaud. Au final, cette technologie offre un moulage très précis du pied, et par conséquent une sensation de naturel incroyable dans la chaussure, en plus d’un confort de premier ordre. Il est possible de combiner cette technologie avec un chausson injecté.